Home

Première séquence autour du récit bref : en lire, en écrire

« C’est en écrivant qu’on devient écriveron » disait Queneau, « C’est en écrivant qu’on devient liseron » dirait Jacques Jouet

Première semaine

Les Exercices de style de Raymond Queneau, 1947 : quelques-unes des 99 façons et plus si affinités de raconter la même insignifiante histoire

Vous pouvez en lire et même les entendre ici
Et de nouvelles variations au Québec ou encore sur l’excellent site de Fatrazie à partir d’une autre histoire.

Les nouvelles en trois lignes de Félix Fénéon sont aussi sur twitter, une par jour

Jeudi 13, lundi 17 septembre

Du brevet au travail de seconde : savoir classer les consignes, comprendre ce qu’est un procédé

12_brevet_sujet 12_brevet_fintexte12_brevet_eleves

Mercredi 18

Un exemple de partie de commentaire sur la chanson « Jeanne » de Brassens (et pour en savoir plus sur Brassens)

Il s’agit de repérer dans le commentaire ce qui est cité du texte (« la Jeanne »), comment le procédé est nommé (désignée de façon familière avec son prénom précédé d’un article défini), quel but poursuit l’auteur avec ce procédé (montrer qu’elle est proche des gens).

vers la rédaction du paragraphe de commentaire, Pour lundi 24 : répondre à la question B. du sujet de brevet : Montrez comment ce texte suscite l’intérêt du lecteur.  Appuyez-vous sur les réponses du brevet et développez une réponse de dix à quinze lignes. L’important est de chercher et d’essayer.

À venir : récitation des fables apprises, conception d’une banque de procédés

Et si on participait à un projet collectif de récits brefs et un peu contraints ?

Jeudi 19, Lundi 24
Récitation de fables de La Fontaine et analyse de leur fonctionnement : le dialogue, les rimes, le rythme, synérèse /diérèse

fables

Mardi 18 et 25 septembre

On a réécrit des nouvelles de Fénéon selon des contraintes de Queneau

Feneon_selection_2

Voici le vocabulaire botanique qu’on a cueilli dans les têtes du groupe 2

se mêler de ses oignons, poireauter, avoir la pêche, la banane, la patate, se prendre une patate, un marron, une pêche, sentir la rose, voir la vie en rose, tomber dans les pommes, se prendre un râteau, la cerise sur la gâteau, avoir un pépin, resté planté là, se presser le citron, être une bonne poire, être un chou, se prendre le chou, la fin des haricots, les carottes sont cuites, se faire carotter, le panier à salades, raconter des salades, rouge comme une tomate, une grande asperge, droit comme un arbre, en avoir gros sur la patate, haut comme trois pommes

Et le lipogramme en « a » écrit avec le groupe 1

Un clochard tout croulant, V. habitant à Clichy, mort d’inanition, avait pourtant 2000 francs sous son lit. Voilà un cas pas banal !

N’hésitez pas à envoyer vos textes en commentaire !

Récapitulons : quels procédés avons-nous étudié ?

Organisez les quatre pages centrales de votre cahier: Figures de style / Vocabulaire et syntaxe au centre et à chaque verso Pour le récit / Dans les vers

1213_2de8_procedes

à vous de compléter !

Puis nous avons commencé à travailler la méthode du résumé et de l’analyse : comment distinguer les deux ?

resume_analyse_critique

Aujourd’hui, lundi 8 oct, on en finit avec le travail sur le texte du brevet en corrigeant les travaux sérieux que vous m’avez rendus

1213_brevet_questioncommentaire

 

Publicités

20 réflexions sur “Histoire et récit, en bref

  1. Les terminaisons de la troisième personne du singulier sont les suivantes : présent 1er groupe : -e ; autres groupes : -t (terminaisons différentes pour les verbes en « cre » et « dre ». Imparfait : -ait (pour tous les groupes). Passé simple : premier groupe : -a ; autres groupes : -it, -ut. Et enfin pour le futur : premier groupe : -era ; autres groupes : -ra.

  2. La ponctuation est le fait de mettre des points à la fin des phrases,des virgules pour marquer un temps de pause dans une phrase mettre 3 petits points pour dire qu’il reste des choses à dire…
    Le dialogue est une conversation entre minimum deux personnages toujours avec des guillemets pour commencer le dialogue et avec des tirets pour annoncer la parole du personnage et bien sur a la fin un guillemet pour finir le dialogue.

  3. Raymond Queneau définitionnel:

    Un jour vers le milieu de la jourée du coté du parc Monceau, à l’arrière d’un transport en commun où l’on charge des personnes, j’aperçus quelqu’un au cou fort long qui porté une coiffure de matière et de forme variable.
    Ce individu interpella tout à coup son voisin en croyant que celui-ci fesait expré de lui marchait sur les pied à chaque fois qu’il aider des personnes a monter ou à descendre.
    Il décide de couper court la discution pour se jeter sur une place devenu libre.
    Deux heures plus tard je revis le même individu devant la gare Saint Lazare en grande discution avec une personne dont il avais confience, qui lui conseiller de diminuer l’écartement de son col en fesant remnter le bouton supérieur par quelqu’un qui a le métier et la capacité de recoudre et mondifier des vétement.

  4. Raymond Queneau exercice de style: Rêve: Un jour, je pense que c’était à midi peut être du coté du parc Monceau, à l’arrière d’un autobus à peu près complet,surement de la ligne S, je croyais apercevoir un personnage au cou fort long qui devait porter un chapeau. Cet individu semblait interpeller son voisin en prétendant que celui-ci faisait apparemment exprès de lui marcher sur les pieds à chaque fois qu’il montait ou descendait des voyageur. Il avait eu l’air d’abandonner rapidement la discussion pour se jeter sur une place devenue libre. Après ,je me retrouve plusieurs heures plus tard devant une gare,quand cet homme apparût et discutait avec un autre qui voulait peut-être le conseiller sur ses vêtements,puis je me suis réveillé…

  5. Félix Fénéons, nouvelles en trois lignes:

    1)Autre subjectivité: A la morgue j’ai reçu un corps, celui d’un Maurice qui venait de Sévres. Il était bleu et quand je l’ai découpé j’ai vu ses poumons remplis d’eau,j’en ai déduit qu’il était mort suite à une noyade. En analysant l’eau, je peux dire que c’est celle de la seine,plus particulièrement celle du côté du pont neuf.

    2)Problème de mathématique: Le vents soufflait à 10km/h sur la ville de Sèvres,la température extérieur était de 22c° et 12c° pour l’eau de la seine.

    3)Botanique: On m’appela pour un corps retrouvé dans la Seine, une histoire incroyable m’a t-on dit. J’avais déjà la pêche, vu qu’enfin il y avait un peu de piment dans ma vie de travail. Sauf qu’en rentrant dans ma voiture,j’eus un pépin,ma voiture tomba en panne. J’ai donc dû aller en courant; en arrivant j’étais rouge comme une tomate et cerise sur le gâteau, mon collègue m’avait raconté des salades et on s’est pris le chou. La fameuse histoire incroyable était qu’un vieille homme qui ne sentait pas la rose et qui ressemblait à une asperge était tombé surement dans les pommes et s’est noyé.

  6. Ce midi,je vais aller manger au mc do une énorme frite qui me fera prendre des kilos,bref,je ressemblerai à une grosse baleine.#TwFestS

    #celuiqui Celle qui attrape une crampe en levant son bras et me crie madame dans l’oreille pour que la prof vienne,perd vraiment patience.

  7. Ateliers d’écritures : Nouvelles en trois lignes, Félix Fénéons.

    1. Le côté subjectif
    Cette après-midi le soleil frappait suffisamment pour me motiver à aller faire une promenade le long de la Seine. Après une bonne petite heure de marche je vis un flacon sur l’eau. Perturbé par cette objet, je m’approchais lentement du bord. Le bras tendu j’étais plus qu’à quelques centimètres de la bouteille. Quand soudain…plouf..glouglou.

    2. Botanique
    Cerise sur le gâteau, l’horloger, Stéphanois Jallat surprit sa fille plantée devant son potager entrain de rouler une pelle à un garçon qui ressemblait a une grande asperge. Pour lui c’était la fin des haricots, prit par la colère il tua sa fille à coups de patates. Mais il est vrai qu’il avait onze autres petits bout de choux.

    3. Olfactif
    Je marchais lentement le long de la Seine, la chaleur accentuait l’odeur désagréable de l’eau verdâtre. Un peu plus loin une odeur de cerise ou plutôt de fraise venu jusqu’à moi. Voulant découvrir de où cette dernière venait, mon odorat me mena jusqu’à ce petit flacon de parfum. Le bras tendu, j’étais plus qu’à quelques centimètre de la bouteille, perturbé par la puanteur que dégageait mes dessous de bras je perdu l’équilibre et tomba. J’étais à présent mort.

  8. Atelier d’écriture : La morale élémentaire.

    Ballade détendue, famille heureuse, mère dodue,
    fille merveilleuse
    Rencontre inattendue, paroles flatteuses, homme cocu,
    main baladeuses
    Lit douillé, baisé échangé, Henriette gênée,
    moment partagé.
    Ils repartent à Paris.
    Deux mois sont passés.
    Une visite d’Henrie.
    Henriette est mariée.
    Attristé il reparti.
    Un ans se sont écoulés.
    Retrouvailles troublante, coeur troublé, révélation pesante,
    fin mitigée.

  9. Mise au propre des ateliers :
    Raymond Queneau (Métaphoriquement)

    Un jour vers midi j’aperçus une espèce de girafe au cou fort long qui portait une pastèque sur la tête avec un drôle de ruban .
    Je remarqua que dans le bus il y avait une dispute digne d’un chien et d’un chat . Ce monsieur accuse la personne d’avoir marcher sur ses palmes .
    Deux-heures plus tard , je le revis dans un immense désert du nom de Gare Saint-Lazare avec son ami qui lui conseillait de réduire son objet de cirque en remontant son rond supérieure.

    Félix Fénéon ( Antonymique)

    Le professeur de musique Jean-Claude dont les élèves chantaient en Marne , à Paris , est tombé : Il s’est fait mal ..

  10. Felix Fénéon : Anglicisme
    Une histoire plutôt cool m’est arrivé, en face du fast food. L’assassin Lebret avait apparemment fait son shopping, habillé d’un sweat rouge, d’un jeans noir et de basket blanches. Il fit son  »come back » en s’écriant:  » j’aurai pu avoir plus !! ». Il était condamné aux travaux forcés à perpétuité en face du building. Il rejoignit le parking du Macdo pour enfourcher sa Harley et s’en aller a grande vitesse un grand smile aux lèvres.

    Antonymique : Sombre et éteint :  » J’aurai pu avoir moins!  » a murmuré la victime Lebret, déchargé, a Rouen, épargné a la liberté instantanée.

    Raymond Queneau ( Télégramme )

    Midi – Parc Monceau – Bus complet – Personnage vêtu feutre galon tressé – fâché voisin – marcher sur pieds – arrêt discussion pour place – 2h plus tard St lazard – parle avec ami – tenue vestimentaire

  11. Raymond Queneau: Un jour vers midi du côté du parc Monceau, sur la plate-forme arrière d’un autobus rectangulaire à peu près complet de la ligne S, j’aperçus un personnage au cou fort long qui portait un feutre rond, mou entouré d’un galon tressé au lieu de ruban. Cet individu interpella tout à coup son voisin en prétendant que celui-ci faisait exprès de lui marcher sur les pieds avec ses chaussures ovales chaque fois qu’il montait ou descendait des voyageurs. Il abandonna d’ailleurs rapidement la discussion pour se jeter sur une place rectangulaire devenue libre. Deux heures plus tard je le revis devant la gare Saint-Lazare en grande conversation avec un ami fort rond qui lui conseillait de diminuer l’échancrure triangulaire de son pardessus en faisant remonter le bouton rond supérieur par quelques tailleur compétent.

  12. Fénéon: Les gens trouvant son garçon de 19 ans austère, le cuisinier Stéphanois Jallot la félicité. Il peut être fier de son seul garçon. ( Antonyme )

  13. Exercice de style > Raymond Queneau :
    La préciosité : d’un charmand midi du coté du Parc Monceau, sur la plate -forme d’une navette immonde a peu prés compléte d’abominables personnages de la ligne S, j’aperçus un homme au cou extrêmement long qui portait un ridicule feutre mou d’aucune valeur entouré d’un galon tressé au lieu d’un ruban. Cet idiot interpella tout a coup son grotesque voisin en prétendant que celui-ci faisait exprés de lui marcher sue les pieds chaque fois qu’il montait ou descendait ces voyageurs que je prétend être de classe moyenne. Il estompa rapidement la discussion pour se jeter comme un homme de mauvaise maniére sur une place devenue libre. Deux heures plus tard, malheureusement pour moi, je le revis devant la fameuse gars St-lazare, en grande discussion avec un jeune homme que je pense être un ami de celui-ci qui lui conseillait de diminuer l’échancrure de son pardessus répuniant en en faisant remonter le bouton supérieur par quelque tailleur compétent.

    ( je n’ai pas fait l’exercice de felix feneon car je n’etais pas la a votre cours, je verrais avec vous comment faire )

  14. Exercice de style : Raymond Queneau
    Surprises:Une nuit sombre vers deux heures du matin , dans une ruelle sinistre , sur la plate forme arriere d’un vieux bus sal et encombré de différents objets : des bidons mysterieux , de caisses remplies d’armes et de chiffons imbibé de sang . Au bout du bus , j’appercu un homme immense , vetu de noir. Il portait un large chapeau melon qui recouvrait son regard.Au bout de quelques instant de silence pesant , l’homme se mit a hurler le nom du chauffeur ; il lui reprochait de rouler trop lentement.Ils arréterent d’ailleurs vite leur dispute quand cet homme mysterieux se jeta sur le chauffeur. Quelques semaine plus tard , alors que je trainais dans une rue peu fréquenté , je revis cet homme qui complotait dans un coin sombre avec un homme douteux qu’il lui proposait troix fille russe pour cinq cent euros.

  15. Morale élémentaire:

    Faire-part envoyé – Doudou donné – Couche changé
    Marternelle terminée
    Dessin animé regardé – Gouter pris – Dessin déssiné
    Primaire terminé
    SMS envoyé – Musique écouteé – Brevet gagné
    College terminé
    Apres quelques années
    Ou on a bien profité
    On nous laisse entrer
    dans un grand lycée
    Pour pouvoir créé
    un poéme compliqué
    Dans un cours de francais
    Train pris – Lecon apprise – BAC remporté
    Jeunesse terminée

  16. Nouvelle de Felix Fénéon:

    Botanique :Un pot de fleur flottait pres des quais de Seine. Maurice , une bonne poire qui passait par la ,se pencha pour le recuperé mais glissa sur un pissenlit.Il tomba dans les pommes et coula au fond du fleuve.On pourra dire qu’il s’est fait carrotté par une plante !

    Autre subjectif : Ce jour la , il faisait beau et suffisament chaud pour une petite balade familiale sur les bord de Seine.On vit un petit flacon flottait a qualques metre de nous : les enfants se sont imaginé une bouteille jetée a la mer , ou un peu de potion magique.Maurice, mon mari a eu la mauvaise idée de vouloir absolument recupéré le flacon , « pour faire plaisir aux enfants »…Malheureusement il se pencha un peu trop … Il n’en ai jamais revenu.

  17. Travail « fable de La Fontaine »:
    Difference en a et à:
    -‘a’ est la troisième personne du singulier du verbe avoir : j’ai, tu as, il a

    -‘à’ est une préposition indiquant soit un lieu (à Paris), l’attribution (donner quelque chose à quelqu’un) et parfois d’autres significations.

  18. Pingback: Maupassant, nouvelliste et romancier | onnestpasdesmachines

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s